Sam, Sarah

(cliquer pour agrandir)

S’il est une question dont la réponse est toujours la même si on la pose à un dessinateur de B.D., c’est bien celle de « quand avez-vous commencé à dessiner ? », la réponse étant toujours « déjà tout petit dans les marges des mes cahiers d’école… »

Je ne déroge donc pas à la règle, à part que peut être je dessinais plus sur les pages des cahiers de brouillon.

Chez ma grand-mère j’avais pu découvrir les vieilles B.D. de Zig & Puce & Alfred d’Alain Saint-Ogan, qui me marquèrent.

Si la profession de dessinateur de B.D.  se « dessinait » à l’horizon, la rencontre de ma compagne me fit abandonner pour quelques années ce projet pour me consacrer à la création d’une famille nombreuse qui me tenait à coeur. Cela m’a permis d’emprunter la voie de nombreux métiers (métreur, dessinateur en bâtiment, conducteur de travaux, directeur de centres de vacances, conception assistée par ordinateur, ingénierie, assistant social, thérapeute familial…).

En même temps que des dessins, dans les marges de mes cahiers, je commençais à m’interroger sur le sens de la vie (Ca j’avoue que c’est moins courant chez un dessinateur de BD encore que… ). Ce questionnement me fit passer par différentes voies spirituelles jusqu’à ce que le destin, au cours d’un voyage touristique dans l’Himalaya, m’amène dans un ermitage où un lama me demanda de rester pour me transmettre des informations très personnelles.

Ce lama (Lama Thupstan Wangchuk ) lors de cette rencontre et d’autres rencontres dans l’Himalaya où chez nous, m’introduisit dans le bouddhisme tantrique et me permit de rencontrer de nombreux maîtres. Nous avons créé chez nous un groupe de méditation appelé par Lama Thupstan : Tchenrezik Center, suite à la 1ère thangka qu’il nous apporta.

De nombreuses années après, quelques problèmes de santé et handicap, dont la perte de ma voix/e, m’ont amené à recentrer ma pratique sur la méditation silencieuse, c’est ce qui me permit d’entrer en contact avec Eric Rommeluère .

Grâce à cette rencontre nous avons pu mettre en place un groupe de Zazen sur Nantes & finalement de faire cette BD de Zem, grâce entre autres aux enseignements donnés par Eric.

11 réflexions sur “Sam, Sarah

  1. ambre dit :

    je regrette que tu aies modifié la mise en page, j’aimais bien les grands dessins..
    Finalement, qu’on dessine des BD ou qu’on écrive, il semblerait que la passion nous vienne toujours lorsqu’on est tout petits n’est ce pas ?
    je pense à ma fille par exemple (celle qui veut être comédienne) que j’avais inscrite aux cours de théâtre à 8 ans, en pensant que l’année d’après elle me réclamerait une autre activité .. heu, ben en fait l’amour du théâtre ne l’a jamais quitté 🙂
    Mais comme tu le soulignes en te racontant ici, difficile la plupart du temps de pouvoir vivre de son art et d’assurer le quotidien.. il faut faire des choix

    • lungtazen dit :

      oui la vie est faite de choix c’est ce qui la rend difficile, par exemple plus simple pour des animaux comme les fourmis ou abeilles programmées pour leurs activités

      Question personnelle à moi-même :

      serait elle plus facile si nous n’avions pas de choix à faire, pas sûr compte tenu de notre possibilité à choisir justement,, voir tous ceux qui vivent dans la souffrance de la contrainte

      peut on ne pas faire de choix en ayant une capacité à lire les signes de la vie et écouter son intuition, ce qui est fort en nous, notre être ?

  2. ambre dit :

    la vie serait (peut être ?) plus confortable si nous n’avions pas de choix à faire, mais tellement plus ennuyeuse !
    Je pense en disant cela aux enfants qui sont tellement pressés de grandir pour pouvoir (notamment) faire leurs choix eux mêmes et ne plus dépendre de ce que leurs parents décident pour eux .. ne ressentais tu pas cela lorsque tu étais petit ?
    Quant au fait de « pouvoir ne pas faire de choix » ben je ne sais pas si on peut ou si on ne peut pas, toujours est-il que parfois, ces choix que l’on a à faire, on ne les fait pas, autrement dit on ne jouit pas de la capacité dont on dispose à choisir, on laisse cette responsabilité aux autres … mais n’y-a-t-il pas un moment où s’exprime la petite voix, en nous, « de ce qui est fort » (pour reprendre ton expression), de ce qui est vraiment « soi » ?
    Tu vois, cette question que tu te poses, je me la pose aussi 🙂
    Bonne journée à toi

    • lungtazen dit :

      Tu connais ma position qui corrobore ce que tu dis : nous choisissons toujours, fusse par un non-choix
      Le non-choix c’est le choix de laisser à l’autre le pouvoir de faire le choix pour nous, mais c’est nous qui lui donnons ce pouvoir & pouvons lui retirer

  3. ambre dit :

    bon ben là ce que tu dis c’est un « karma dépouillé »
    C’est à dire que prétendre que lorsqu’on ne choisit pas c’est que c’est NOUS qui donnons le pouvoir à l’autre
    cela me semble beaucoup trop épuré comme formule
    du fait que ça ne tient pas compte de tous les paramètres
    En effet à partir de quel moment peut on dire : je choisis ?
    Le non choix ne pourrait il pas être le choix pas forcément conscient, certes, de par exemple respecter une croyance familiale ?
    Quant au pouvoir… mon Dieu qui des deux (moi ou l’autre) l’a vraiment ?
    faut il se fier aux apparences ?
    Bien à toi 🙂

    • lungtazen dit :

      Il ne faut pas, me semble-t-il, que la réflexion qui nous aide à avancer, soit une réflexion qui nous laisse sur place à ruminer ou intellectualiser
      Dans une praxis, il faut que la réflexion nous aide à mettre en oeuvre et que la mise en oeuvre nourrisse notre réflexion

      Le pouvoir de faire pour nous, nous l’avons. QUand nous le donnons à l’autre, c’est aussi un pouvoir de lui donner. Dans un commentaire sur Lungtazen je disais que Gandhi pouvait mettre en jeu sa propre vie en en laissant la responsabilité à son adversaire
      il avait le pouvoir de leur laisser le pouvoir sur sa vie (sous deux conditions minimum : que ce pouvoir représente qq chose pour chacun, et que les peuples soient au courant de ce que leurs représentants font en leur nom)
      Maintenant cela était au service d’un but politique et humain précis
      ce n’etait pas une philosophico-sémantique mais qq chose de très concret et dangereux

      On a le choix. ❗

      Bien sûr que dans la vie il y a des moments où l’on a plus de choix que d’autres, que ces choix peuvent être plus ou moins douloureux, les choix qu’on a en camp de concentration ne sont pas les mêmes que ceux qu’on a dans le métro un dimanche à Paris ❗
      Les choix qu’on a en tant qu’adulte ne sont pas les mêmes qu’en tant qu’enfant ❗ (c’est d’ailleurs pourquoi la loi doit protéger les enfants jusqu’à ce qu’ils deviennent des adultes responsables, c’est à dire capable d’apporter entièrement réponse de leurs choix)

      belle journée à toi

  4. ambre dit :

    je recopie toute cette partie de ta réponse :
    « Bien sûr que dans la vie il y a des moments où l’on a plus de choix que d’autres, que ces choix peuvent être plus ou moins douloureux, les choix qu’on a en camp de concentration ne sont pas les mêmes que ceux qu’on a dans le métro un dimanche à Paris
    Les choix qu’on a en tant qu’adulte ne sont pas les mêmes qu’en tant qu’enfant (c’est d’ailleurs pourquoi la loi doit protéger les enfants jusqu’à ce qu’ils deviennent des adultes responsables, c’est à dire capable d’apporter entièrement réponse de leurs choix) »
    parce que c’est exactement ce que je voulais dire en posant la question « à partir de quel moment peut on dire : je choisis ?  »
    Merci de cette réponse
    par contre je ne saisis pas très bien le début de ton commentaire ..
    L’étape « ruminage » n’est-elle pas nécessaire ou tout au moins plus ou moins suivant les personnes, avant qu’on puisse « passer à autre chose »
    un peu comme on mastique longuement (ou en tout cas on devrait ;-)) dans la bouche avec les divers acides salivaires pour pouvoir avaler ensuite et c’est cette « nourriture » qui nous permet de bouger
    Mais là non plus ce n’est pas pour tout le monde pareil sinon il n’y aurait que des Gandhi ce serait chouette
    J’ai des difficultés à m’exprimer mais j’espère avoir pu faire passer l’idée générale
    Je te souhaite une bonne journée 🙂

  5. laurent dit :

    salut,

    Et merci de partager, j’aime bien vous lire.
    je résume:
    on peut dire « je choisi » quand on a le choix et que l’on sait faire . ( wha lui !!! )
    et pour mastiquer il faut des dents…

    sur ce je vais dessiner.

    Paix et fraternité

    Laurent

  6. diadja dit :

    pas de choix sans expérience, et pas d’expérience sans le choix..
    han!!

    :))))
    pace

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :