Les Grandes gueules


ZEM289

L’éveil, c’est passer au-delà des peurs qui ont gouverné notre vie jusque-là, c’est conserver sa sérénité face à tous les évènements de la vie. Mais c’est aussi, et en même temps, s’ouvrir aux autres, puisqu’il n’y a plus de peur de remise en cause de notre personnalité, c’est aimer autrui sans attente, mais c’est aimer aussi son « petit coin du monde » où nous sommes, en en prenant soin. Cette « non-peur » le bouddhisme l’appelle la sagesse, cette attention à la Vie en général, il la nomme « compassion ». Sagesse & compassion sont les deux piliers d’une vie éveillée.

.

english español português
. ZEM289es
Cartoon translated to english by Jean-Claude Maitre cómic traducido al español por Roberto Poveda Comics traduzidos em português por Conceição
Blog Blog

Zem est publié toutes les semaines sur le portail international du bouddhisme : Buddhachannel

CC

Tous les dessins de ce site “Zem apprenti maître Zen” sont mis à disposition par leur créateur Frédéric Baylot selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France. Pour toute publication sur un site ou blog Web, ou pour obtenir des autorisations au-delà du champ de cette licence merci de me contacter.

LIEN COURT

Publicités

6 réflexions sur “Les Grandes gueules

  1. Bonjour Frédéric,
    Encore une fois je t’ai laissé un commentaire qui a été perdu. Je ne me souvenais plus de mon mot de passe de connexion WordPress.
    Bonne journée à toi et bonne semaine. Bises amicales. Marie

  2. Mot de passe testé : c’est bon.
    Je te disais tout à l’heure que les peurs ne sont hélas pas toujours contrôlables et bien indésirables, souvent générées par des traumatismes psychiques qui n’ont pas été reconnus comme tels, ou l’ont été mais n’ont pas été soignés. D’ailleurs tout le monde ne réagit pas de la même façon aux mêmes événements et les cumuls de faits ne sont pas là pour arranger les choses. Merci toutefois de nous transposer en images dans ce monde où tout semble simple et évident et de nous rappeler que nous devons tendre vers ce modèle d’éveil même si cela semble difficilement accessible, voire inaccessible.

    1. En effet, le texte, dessous le dessin, parle de l’éveil, mais ne dit pas que cela soit facile. Si cela l’été nous nous sentirions tous libérés :mrgreen:

      Voir qu’il y a trauma, non ou mal soigné (c’est à dire en fait, une partie de nous dont « on » n’a pas pris -assez- soin) est déjà le premier pas. Il n’est pas suffisant, mais sans celui-ci pas question de se libérer, tant qu’on ne se sent pas « prisonnier ».

      Tant que le malade alcoolique ne se sent pas « malade alcoolique » il ne pourra se sortir du cercle infernal de la dépendance. Mais quand il se reconnaîtra malade alcoolique, il n’en sera pas sorti pour autant, tout reste à faire, on appelle cela aussi la VIE 😀

      Concernant le dessin, ce qu’il dit, c’est que les situations sont souvent tristes, il y a toujours des situations tristes, même si la notre ne l’est pas, mais ne pas sourire ne rajoute rien, ne sert à rien.
      Et même quand il parait impossible de sourire, au vu de la situation, on peut toujours sourire, il y a peu de muscles à mettre en oeuvre (à moins d’être paralysé du visage bien sûr, il ne reste que le regard pour sourire) et sourire, change tout, en nous. J’en parle régulièrement sur mon blog http://frederic.baylot.org/

      Bon courage à toi

      je t’embrasse



  3. Sans rapport avec le thème d’aujourd’hui, c’est à propos du sourire. Un de nos ami était en train de mourir après une longue maladie, il ne pouvait plus parler ni sourire. Un ami commun était à son chevet, et nous étions trop éloignées, une copine et moi, pour être présentes. Nous avons envoyé un message à cet ami qui veillait, et il en a fait part au mourant. Alors, nous a-t-il racoté ensuite, il se tenait à son chevet, et quand il a prononcé nos noms, il a vu dans les yeux du mourant au visage figé, dans ses yeux, il a vu un sourire malicieux. Maintenant, quand je pense à notre ami disparu, je souris aussi. Je ne sais lequel de nous deux – trois – quatre, a fait ce cadeau à nous tous, et cela n’a aucune importance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s