Pas de problème !


english español português
 
Cartoon translated to english by Jean-Claude Maitre cómic traducido al español por Roberto Poveda Comics traduzidos em português por Conceição
Blog Blog

D’un point de vue bouddhiste on considère qu’il existe trois types de souffrance auxquelles, en tant qu’humain, on ne peut échapper.

 La cause fondamentale de la souffrance est que nous sommes avidement liés aux « objets » (au sens psychanalytique) de nos désirs (conditions, amis, parents, enseignants, bouddhisme zen, idéal politique, etc…).

Dainin Katagiri dit qu’« à l’extrême pointe de la vie humaine on trouve toujours une vague souffrance inconsolable, un sentiment d’insatisfaction. Il est très difficile de se libérer de cette souffrance, de cette lamentation intérieure et silencieuse, toujours présente. C’est pour cela que le Bouddha a dit que la vie était caractérisée par la souffrance. Le bouddhisme nous enseigne qu’il faut passer par cette souffrance profonde et être touché jusqu’au cœur. »

 Quand l’esprit est agité, dispersé on ne se rend pas compte des fondements de cette souffrance. Mais en pratiquant profondément la méditation bouddhiste on peut faire l’expérience de cette souffrance désespérée et devenir consciemment & pleinement humain sans crainte.

Zem est publié toutes les semaines sur le portail international du bouddhisme : Buddhachannel

CC

Tous les dessins de ce site “Zem apprenti maître Zen” sont mis à disposition par leur créateur Frédéric Baylot selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France. Pour toute publication sur un site ou blog Web, ou pour obtenir des autorisations au-delà du champ de cette licence merci de me contacter.
Publicités

39 réflexions sur “Pas de problème !

  1. C’est justement un de mes points de divergence avec le Bouddhisme.
    La souffrance me parait essentiellement l’expression d’un manque de confiance en notre partenaire « La Vie ».
    En effet, on ne peut éviter qu’une situation donnée soit émotionnellement perturbante, comme un outil que l’on nous demanderait d’utiliser alors que l’on n’a pas encore essayé de s’en servir. Néanmoins, si on a confiance en notre « moniteur » , nous considèrerons qu’il a ses raisons que nous comprendrons dès que nous aurons su comment procéder et qu’en comprendre le foctionnement est à notre portée car, si non, il ne nous l’aurait pas proposé.
    Evidemment cela suppose la priorité donnée à l’Action / Méditation, phase de récupération.

    Agréable Dimanche
    Françoise

    1. Oui, en dehors des termes que tu emploies (-partenaire « La Vie »- ou -ON nous demanderait- ou -notre moniteur – qui peuvent éventuellement pour certains « diviniser » un processus, comme à l’extérieur de nous etc.) je ne suis pas sûr que ce que tu énonces soit réellement divergent du Dharma. En effet quand on peut prendre conscience de cette souffrance sous-jacente il ne reste qu’à avoir la foi qui du point de vue du Dharma il me semble est justement cette confiance en la vie comme un lâcher prise, vu qu’il n’y a rien d’autre à vivre que cela.
      C’est pourquoi j’ai recopié sur mon autre blog Oaristys Les quatre principes de la spiritualité qui ne disent pas autre chose : “Quiconque vous rencontrez est la bonne personne” puisqu’il n’y a personne d’autre à rencontrer, “Peu importe ce qui est arrivé, c’est la seule chose qui pouvait arriver.” puisqu’il n’y a rien d’autre qui puisse arriver dans l’instant, ”Chaque moment est le bon moment.” puisque c’est le seul.

      Après je ne sais pas si ce que tu dis est que la méditation est une phase de récupération par rapport à l’action ? Je ne le vois pas comme cela, même si en effet tu aurais raison car elle peut aussi avoir ces effets. Mais pour moi elle EST action puisque nous permet d’être au plus près de notre réalité : ce qui se passe dans l’instant.

      Bon ceci dit je ne suis pas spécialiste de l’enseignement du Bouddha, plutôt un « chercheur » qui accepte de se perdre :mrgreen:

      chaleureusement

  2. Bonjour !
    « les plaisirs sont des problèmes » ? °°°°° ? je ne comprend pas. Parlez vous d’une « mauvaise conscience » à avoir du plaisir ? Parlez vous de plaisir assimilé à un vice, comme la bonne chair ou la fumée ? De quoi le « maitre » parle t’il ? Du plaisir à résoudre le problème du plaisir… Il me semble que nous sommes sur le terrain de l’ égocentrisme et de la superficialité, quand on installe des problèmes là où il n’y en a pas, comme un paravent devant la réalité ultime. Qu’en pensez-vous? éclairez moi ! j’aurai du plaisir à vous lire et ce ne sera pas un problème !
    Bonne soirée !

    1. Notre avidité, notre désir de posséder, notre volonté de réifier ce qui peut nous donner du plaisir, notre intention de ne plus nous en séparer alors que cela n’est pas possible, tout cela fait que nos sources de plaisirs peuvent devenir la source de nos souffrances. Il n’est donc pas question de « mauvaise conscience » et/ou de notion de « vice » (en effet ces points vont transformer eux aussi le plaisir en souffrance) mais de prendre conscience d’où vient notre souffrance (origine nommée ici les trois types de souffrance). Comme bien souvent avec de tels raisonnements le bouddhisme peut être vu comme une voie nihiliste ou pessimiste (merci Schopenhauer 😉 ) c’est pour cela il me semble 😉 que maître Tsé indique que le plaisir est dans la prise du plaisir malgré les problèmes (souffrance) qu’il peut apporter,pour cela en étant détaché de cette avidité, ce désir de possession, cette crainte de la fin du plaisir etc…
      On pourrait nommer cela autrement : la JOIE de l’instant présent
      et avec elle il n’est plus question de classifier bon / pas bon, le vécu, mais de le vivre, et d’agir d’une manière idoine en fonction de ce qu’on vit (voir ma réponse à Françoise)

      Le dessin ne devait pas être clair, mais pour compenser je ne suis pas sûr que cette réponse le soit plus 😆 voilà ce que c’est que d’être un « chercheur qui cherche » 😉

      chaleureusement

  3. Il est une satisfaction qui ne dépend pas des circonstances..
    Ne sachant comment en parler ..je l’ai pour l’instant appelée « Joie « .

    Dans ce tableau, il me semble que Zem nous parle de ce qui ne fait pas plaisir, ce qui entrave la notion de plaisir ( satisfaction profonde quand ce qui est = ce qui devrait être selon nos propres critères )
    Maître Tsé parle de la simple satisfaction née de l’action dans l’instant tel qu’il est.

    La souffrance est une résistance à la vie.

    1. il me semble rare que ce qui est= ce qui devrait être, d’où la souffrance
      Le seul moyen de s’en sortir n’est pas de prendre ce qui est pour ce qui devrait être mais l’inverse (et réciproquement;-))
      Quoi je ne suis pas claire ?

      1. ce dont tu parles est identique à la prière des AA il me semble :

        on dit (non vérifié) que c’est une parole de Marc Aurèle, porteuse de la philosophie stoïcienne
        c’est une bonne philosophie de vie, c’est très aidant
        mais il me semble que ce dont parle Lise et par là même Maître Tsé est encore autre chose
        il n’y a pas de problèmes si on voit les choses telles qu’elles sont
        il n’y a pas de plaisirs si on voit les choses telles qu’elles sont
        il n’y a que ce qui arrive, qui est en effet « juste » puisqu’il n’y a rien d’autre qui arrive
        on peut souhaiter qu’arrive autre chose, regretter ce qui arrive, tout cela amène la souffrance, mais dans la réalité, il n’arrive que ce qui arrive
        ce qui ne nous empêche pas d’agir pour que d’autres choses arrivent ensuite

        bises


    2. OUi chère Lise la souffrance me semble aussi une résistance à la vie.
      Et cette Joie dont tu parles, nous pourrions aussi la nommer la Vie tout simplement, son symbole peut être Enso en japonais (le cercle)

      , et si on rajoute ce cercle à la Vie on a bien la VOie :mrgreen:
      Maître Tsé il me semble parle des problèmes et des plaisirs comme une seule et même chose du point de vue de la Voie, et c’est sûrement ce sentiment de « justesse » (satisfaction) que l’on peut en effet avoir dans l’acte mené dans l’instant tel qu’il est

      chaleureusement

            1. En fait cette re marque s’est trouvée là alors qu’elle était destinée à atterrir plus bas !! 🙂

              ce qui devait être écrit ici est : Le trait du pinceau qui dessine le bambou et ses feuilles est aussi assuré, bien que non circulaire.

      1. Oui Frédéric, il est dit que « L’Enso parfait est un seul trait continu de pinceau  »
        ce seul trait continu, d’un seul élan, tout entier porté par la Vie en l’instant..
        voilà à mes yeux l’acte simple et pur qui en accord avec la Vie, suit la VOie.
        Point de place à l’hésitation, aux calculs, à la pensée..
        seule la Joie le porte et le corps l’exprime.

  4. J’ai eu la même réaction que Martine ci-dessus, pourquoi comparer des plaisirs à des problèmes, ou alors ce ne sont plus des plaisirs ! ce sont des problèmes 😉 qui heureusement, eux, ne sont pas toujours des plaisirs, comme le dit Zem ! en mathématiques nous dirions que cette relation n’est pas symétrique 😉
    PS il est vrai que pour ce qui est de chercher dans les moindres recoins, tu te poses là ! 😉
    http://zenpourlesnull.canalblog.com/archives/2009/10/01/15271926.html

    1. Maître Tsé compare-t-il les plaisirs et les problèmes ? J’avais l’impression qu’il définissait l’un par l’autre sans différenciation autre que l’état d’esprit dans lequel on l’aborde.
      Dans quel recoin puis-je chercher quand on est dans un cercle ?

      :mrgreen:

        1. Te prends pas la tête avec ça, Ambre; ce n’est pas une maladie incurable Hi, hi ;); ça passe avec le temps ! Juste en rapprochant de plus en plus prés le déclenchement du signal « NON » chaque fois que le réflexe pointe son nez à notre conscience d’éveil dans la vie quotidienne. 🙂

          Ainsi, faute d’être alimenté, l’habitude se perd !!

          😉

  5. Si longtemps que je ne suis pas passée cher Boudhiste – Je suis un peu perdue par la nouvelle présentation de ton blog – j’espère que mon com va passer – tu es dans mes Favoris de blog , mon nouveau Home , destiné uniquement au délassement – je penses que tu pourrais aimer mon post sur la Montagne ( ma passion…eh oui , je ne suis pas Boudhiste et je reste un être de passion (lol) Tu sais , même si je ne passe pas de très longtemps , comment oublier un être aussi pacifique ?…Permets- moi de t’embrasser amicalement en tout respect pour ce que tu es – le Boudhisme m’a toujours fascinée …mais ce n’est pas ma route – J’espère ton passage 😉

    1. Je vais aller voir ton site Blanche
      Les bouddhistes sont aussi des êtres de passion, heureusement :mrgreen: sinon ce serait des MORTS ! (remarque certains font un peu rigides parfois 😆 )
      la différence est qu’ils voient les passions…. comme des passions 😉
      Passion cela veut dire souffrance étymologiquement, et heu, tel Maître Tsé, ne font pas la différence entre « passion / souffrance » et « passion / plaisir » mais essayent de prendre la vie avec enthousiasme (dieu en soi , étymologiquement) telle qu’elle se présente, telle qu’elle est
      Toutes les routes sont bonnes, puisque nous sommes dessus et que nous les « traçons de nos pas », à nous de choisir avec justesse et d’une manière judicieuse les pas que nous faisons 🙂

      merci de ton passage et ton commentaire

      chaleureusement

      1. TAO Que l’on traduit par « la Voie » est ni satisfaisante (« bonne ») ni insatisfaisante (mauvaise); c’est ce que nous sommes semblant aller.
        Nous ne pouvons faire autre qu’artificiellement en nous illusionnant…

        Non ?

        1. Là je ne connais pas le chinois pour trop en parler
          En général Tao (dont l’idéogramme lu en japonais a donné Do , qu’on retrouve dans Aïki do, Judo par exemple) signifie la Voie, mais je crois que son sens est en effet double, aussi bien celui de chemin que de cheminement.

          Un peu dans le sens du poème d’Antonio Machado,

          « Marcheur, ce sont tes traces
          ce chemin, et rien de plus ;
          Marcheur, il n’y a pas de chemin,
          Le chemin se construit en marchant.
          En marchant se construit le chemin,
          Et en regardant en arrière
          On voit la sente que jamais
          On ne foulera à nouveau.
          Marcheur, il n’y a pas de chemin,
          Seulement des sillages sur la mer. »

          Maintenant je n’ai pas compris le sens de ton texte

          « Nous ne pouvons faire autre qu’artificiellement en nous illusionnant… »

          chaleureusement

          1. J’ai voulu formuler que Nous ne pouvons nous extraire de qui nous sommes et faire autre que d’être en train de faire ce que nous faisons ; par exemple « parcourir une voie », être en train de méditer, de vaquer à nos occupations habituelles…

            Se penser être en dehors de qui l’on est, est un éloignement, une fiction, une invention en dehors de la réalité. Soit un illusion.

            Dans « Le Guerrier Pacifique » il y a un épisode qui illustre pas mal notre échange : Celui où l’acteur est emmené faire une marche et où il découvre qu’il n’y avait pas comme but de découvrir quelque chose d’objectif. Qu’au contraire l’intentionnalité de la marche était la prise de conscience que l’intérêt est le fait et toute sa Subjectivité (au sens de sujet présent qui vit ce qui est à vivre, sans s’en faire une quelconque représentation).

            Suis-je été plus clair, mon ami ? 😉

            * La voie n’a de consistance que d’une manière contingente et circonstancielle (celle qui peut être désignée avec des mots, exprimée). « Le vrai TAO est indicible » (Dans : « Wu Wei », Henri Borel/ Guy Trédaniel)

                  1. J’ai vu ça sur les photos que mon fils nous à envoyé. Notre petite fille a toutefois pu faire un bonhomme de neige avec son frère.
                    En plus le froid nous a amené la visite d’une grippe….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s