Ouverture facile


english español português
.
Cartoon translated to english by Jean-Claude Maitre cómic traducido al español por Roberto Poveda Comics traduzidos em português por Conceição
Blog Blog

Dessin fait suite à une réponse à un commentaire sur Facebook:
Méditer est un processus que je qualifierais d’ouverture et de don. O
uverture à ce qui est et non pas à ce qu’on voudrait qui soit et don de soi aux autres.
Bien sûr on s’asseoit pour favoriser cela, mais en fait l’important est comment on le vit dans la journée

Zem est publié toutes les semaines sur le portail international du bouddhisme : Buddhachannel
Zem est publié en album en français, anglais, espagnol et portugais chez The Book Edition

Ce blog, né en août 2008 a plus de trois ans !

 

Il y a trois ans ZEM démarrait au quart de tour !

CC

Tous les dessins de ce site “Zem apprenti maître Zen” sont mis à disposition par leur créateur Frédéric Baylot selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France. Pour toute publication sur un site ou blog Web, ou pour obtenir des autorisations au-delà du champ de cette licence merci de me contacter.
Publicités

32 réflexions sur “Ouverture facile

  1. Ah, enfin, voilà de nouveau notre ami Frédéric et ses personnages attachants. Vous me manquiez et me demandais quand alliez vous revenir.
    Ne rien faire, que s’ouvrir à ce qui vient et quand c’est Zem qui arrive c’est la joie dans ma maison intérieure.
    Lyli

    1. Chère Lyliane, merci de ton commentaire, je reviens doucement, je suis peu connecté et ai peu le temps de dessiner, car encore très pris par les travaux et formalités, changements dus à notre déménagement, mais « chi va piano, va sano e va lontano » :mrgreen:
      très chaleureusement

  2. Moi, je dis bonjour à Frédéric et à tout le monde à l’occasion de l’ouverture de ces nouveaux travaux.
    J’espère que vous avez tous fait une bonne rentrée ou que ce sera le cas si ce n’est déjà fait.
    Soyons ouverts, mais pas trop quand même.
    Donnons, mais pas trop non plus…
    Et puis, dans la vie active, on se fait déjà pas mal dépouiller et on n’a pas forcément envie de donner plus.
    Et puis, c’est bien de donner aux autres, mais qui va nous donner à nous quand nous en avons besoin?
    Je veux dire « donner mais pas être un pigeon ».

    1. Merci à toi cher Laurent,
      tu soulignes très justement tout l’intérêt de l’ouverture et du don
      le pb c’est « qui va nous donner » quand nous aurons besoin si personne ne donne
      si un maximum donne, il n’y a pas de pb
      Je reviens de sesshin, je me suis déplacé en covoiturage pour l’aller c’est qqn qui allait sur Paris qui m’a déposé à la « porte de l’autoroute », j’ai donc continué à pied, avec mon sac à dos et ma canne (tu peux imaginer ce qu’est un bord de route d’entrée dans une ville : voitures ++ le matin et pas de trottoirs bien sûr) et bien on aurait pu pester contre les centaines de voitures passées sans s’arrêter (mais souvent arrêtées plus loin par les embouteillages !) avec une seule personne au volant qui sont passées sans s’arrêter mais aussi voir que dans les 5 mn un couple s’est arrêté et m’a amené jusqu’au tram.
      Alors merci à ceux qui donnent :mrgreen:
      (c’est en fait la théorie du gagnant/gagnant qui apport obligatoirement des gains à être choisie, mais je n’ai pas le temps aujourd’hui d’en parler, désolé 😦 )

      amitié et pour le pigeon voir Pacôme 😈

  3. je viens de lire ton échange avec Laurent, et ce que tu racontes sur le fait de longer une route et les gens qui passent sans s’arrêter, mais on en revient toujours à la même chose, les gens ont peur, c’est pour ça qu’ils ne s’arrêtent pas, qui peut dire que tu n’as pas d’arme cachée dans ta canne ? (sourire jaune)
    on vit dans un monde de fou, où l’ouverture vers autrui devient l’exception, parce qu’il faut pouvoir faire confiance, OUI MAIS il faut aussi être prudent, vigilant ..
    ah lala ..quand je voyais hier à la télé, Médecins sans Frontières en Ethiopie il me semble, obligés de se déplacer armés jusqu’aux dents pour aller soigner les enfants parce que les médecins européens feraient des otages de choix pour ce pays, pfffffffff
    bon ceci dit ton dessin est génial, j’aime aussi beaucoup le nouveau « fond » avec le dégradé de couleurs pastel
    Belle semaine à toi Frédéric, et prends soin de toi

    1. Oui chère Ambre, c’est bien la peur qui motive le retrait de la relation, la fermeture
      Mais après, ON (soit même) peut s’ouvrir, même si il y a bcp de peur aux alentours
      Ceci dit bien sûr qu’il ne faut pas s’ouvrir n’importe comment, en fait il y a peu de risques dans la vie, en fait comme le disait Antoine de Maximy le seul risque c’est d’être au mauvais endroit au mauvais moment. Et il est certain que statistiquement il y a des lieux où le mauvais endroit est presque partout et le mauvais moment, presque tout le temps, alors il vaut mieux ne pas y aller, ou y aller sans peur mais avec risque 😈
      je t’embrasse

  4. Bonjour Frédéric et bonjour Ambre,
    En fait, je crois que je n’avais pas reçu l’avis de la réponse de Frédéric et je la découvre seulement.
    Mais je pense que vous avez tous les deux raisons.
    Personnellement, je pense être d’un naturel à partager, à donner. D’ailleurs, j’ai des actions personnelles et ponctuelles vers des personnes qui ont besoin d’un coup de pouce dans la vie, et le plus souvent à l’étranger. Mais c’est vrai qu’en France, par exemple, on voit tellement de mendiants et de « receveurs » professionnels qu’on a envie de ne plus rien donner à personne et de se refermer sur soi comme une huitre. Ici, tout n’est axé que sur l’argent, l’argent facile de préférence. Des footballeurs gagnent 200 000 euros pour courir connement après un ballon, sans se fatiguer, sans mouiller la chemise, parce que de toute façon ça tombera pareil. Des hommes politiques qui se gavent, des banquiers, des assureurs qui se gavent sur notre dos, etc… Vous connaissez la musique. Et puis, des tas de pauvres, de plus en plus, des pauvres français de souche et des pauvres immigrés. A qui donner? Combien? Quand? Comment? Est-ce qu’il faut se prendre la tête? N’est-ce pas à l’état, qui nous pompe notre pognon, de donner à ceux qui manquent?
    Des belles paroles, on en entend partout et tous les jours. Il est vrai que ça ne coûte rien… Mais de belles actions… Et ce ne sont pas ceux qui parlent le plus qui agissent. En général, ce sont des « parleurs » professionnels et ils ne font jamais rien d’autre.
    Moi, je dis que chacun doit faire ce qu’il peut, ce qu’il pense devoir faire, selon sa conscience (c’est quoi, ça?) et ses moyens. Je crois savoir que ceux qui donnent le plus ce sont les pauvres qui donnent à de plus pauvres qu’eux, parce qu’ils connaissent eux-mêmes la souffrance du manque et le souffrance du mépris du regard des riches.
    Tiens, si on arrêtait de se mépriser les uns les autres, parce qu’on a un peu plus d’avoir, un peu plus de pouvoir ou une meilleure santé…
    Donner, s’ouvrir, c’est bien. Mais il est évident qu’il faut y introduire une notion de rationalité pour ne pas se tromper de cible.
    La malhonnêteté est tellement omniprésente…

    1. Cher Laurent, pour essayer de faire simple, c’est en effet à chacun (responsabilité) de voir comment (et de combien :mrgreen: ) il s’ouvre, je ne pense pas que c’est à qqn de dire « donne tant à tant de personnes »
      Le propos du dessin de Zem n’est pas de dire « ouvrez-vous tout le temps à tout », mais « pensez à vous ouvrir » (déjà en méditation 😈 )
      Maintenant les footballeurs touchent des fortunes pour courir après un ballon, je suppose parce que des gens regardent la TV (la pub en fait) où il y a des gens qui courent après un ballon, si personne (ou moins de personnes) ne regarde, les salaires ne seront plus les mêmes
      Ce qu’ils touchent, ce qu’ils font de leur argent est leur pb ceci dit
      Maintenant concernant les politiques, savoir si l’Etat doit payer pour tout, il « suffit » de militer pour un type de société (à chacun de choisir celui qui lui semble idoine) et de voter pour ses représentants
      il est certain que la société à laquelle j’aspire n’est pas présente, je ne suis « pas sûr » qu’elle soit présente après les élections présidentielles mais je fais ce qui est en ma mesure pour
      Alors arrêter de se mépriser : oui (heu mais au fait qui a dit qu’on se méprisait ? :mrgreen: ) et voir aussi toute l’honnêteté et la sincérité qui est présente (je te regarde par exemple 🙂 ) plutôt que de se centrer exclusivement sur le contraire

      amitié

  5. L’important je pense c’est être conscient de cela,
    il est très difficile finalement de savoir quelle personne est honnête ou pas.
    Mais déjà un regard, un sourire, une poignée de main c’est beaucoup pour l’autre, c’est beaucoup pour soi aussi. Alors je pense que dans ce monde de parole, il faut rester centré et écouter sa conscience et son coeur.
    Et si l’on se plante de personne 10 fois pour faire du bien une fois alors on a gagner une fois parce que l’on a fait mouche et dix fois parce que l’on a laisser parler notre coeur. Et lorsque le coeur parle, c’est bon pour nous parce qu’il grandit, c’est bon pour l’autre parce qu’il laisse une trace dans son coeur, même minime.

    Je te souhaite un bon week end Frédéric.

  6. Merci Frédéric, crois bien que tu m’apportes beaucoup.

    Et oui, c’est notre responsabilité individuelle d’oeuvrer chacun à son niveau à bâtir une société meilleure. Malgré les dés pipés, la corruption et toutes ces réalités bien sordides qui font le quotidien des hommes.

    (Pour les footballeurs, les choses commencent à montrer, à Marseille notamment, que ces messieurs ne mouillent plus la chemise et se font laminer par n’importe quelle équipe de banlieue. En effet, donner des fortunes à des gens qu’ils gagnent ou qu’ils perdent ne les incite pas vraiment à se fatiguer. Et puis, le luxe tue la performance…!!!)

  7. Elégante façon de clore le sujet…!! :o))

    Je ne suis pas non plus cette activité. Mais je ne peux pas me boucher les oreilles ni les yeux avec la télé ou la radio.
    Sinon, j’ai horreur du foot, je préfère le rugby, bien plus marrant…!

  8. Il en est peut-être l’étalon.
    Je suis surpris qu’une personne aussi ouverte que toi ne s’intéresse pas à cet aspect de notre société.
    L’argent est la seule valeur de nos sociétés. Tout le reste est très minoritaire. Et encore, l’hypocrisie est tellement omniprésente.
    Les beaux discours coulent à flot. Pour ce qui est des belles actions, c’est une autre histoire. Il faut être lucide.

    1. Ahahaha nous aurons toujours un « point de vue » différent 🙄
      je dirais plutôt que l’argent en général est la valeur étalon, mais qu’il y a bien d’autres valeurs dans nos sociétés (et je crois que tu ne pourras pas me démentir, car je sais que toi, tu passes d’autres valeurs que simplement le financier ! :mrgreen: ) même si en effet elles n’en sont pas « l’étalon »
      Que veux tu nous sommes dans une société « matérialiste » nous pensons plus à nous nourrir qu’à offrir car comme le dit le proverbe « nous avons l’estomac dans l’étalon » – bon là je déconne 😆

  9. Ce serait tellement triste si nous étions tous toujours entièrement d’accord. Quel ennui !!! :o))
    Oui, tu me connais. Mais bon. La société, elle, ne varie pas beaucoup.
    Oui, je suis un idéaliste, un doux rêveur, et en même temps très lucide et très éveillé. Dualité…!
    Surtout, je suis très méfiant par rapport aux discours, aux grande idées généreuses, aux grandes idéologies, aux grands courants philosophiques, au religions, aux sectes (qui sont sensiblement la même catégorie) et aux discours fleuves de ceux qui veulent diriger le monde et nous disent combien nous devons être généreux pour qu’ils puissent se remplir les poches. La solidarité, par exemple, est devenue un grand moyen de s’enrichir pour ceux qui ont compris comment utiliser le système à leurs fins.
    Ce que j’aimerais savoir c’est combien donnent vraiment aux autres, les pauvres, les sans droit, les misérables (pas à des organisations, mais directement aux bénéficiaires) dans la discrétion, l’anonymat, juste pour être humain, pour un vrai partage, pour que l’homme devienne plus civilisé et moins barbare…? Ceux-là n’en parleront jamais. Par contre, ceux qui en parlent tout le temps et s’en gargarisent, ceux-là n’ont rien à donner. Ils veulent juste se faire mousser. En général, les hommes prennent mais donnent rarement. Que ce soit aux autres ou à la nature, d’ailleurs.

    1. Tu as raison il faut toujours garder une part de doute, et mettre en pratique pour tester
      et en effet « l’egotisme » sera toujours présent, ce qui prouve bien qu’il n’y a pas un « monde paradisiaque » à espérer, mais simplement un monde quotidien dans lequel on doit agir chaque jour, chacun à son niveau, sans cesse
      amitié

  10. « s’asseoir »
    extérieurement peu importe la posture..
    intérieurement c’est un arrêt,
    Comme des points de suspension dans nos idées
    alors, simplement  » tout peut arriver ».

    Quand tu marchais sur l’autoroute
    « l’assise » a, de part et d’autre, permis la rencontre.

  11. Je pense que de donner « librement » sans attentes, sans attendre quelque chose en retour, c’est ça, le vrai don de soi, c’est ça, la réelle générosité.

    Si l’on commence à compter, nous serons déçu, c’est inévitable.

    Donner, même en sachant qu’il n’y aura rien en retour, c’est offrir à l’Univers, aux autres… comme nous sommes tous inter reliés, faire face à l’égoisme c’est accepter l’autre tel qu’il est réellement, sachant que nous partageons la même essence.

    C’est mon humble opinion.

    Michelle, xox

  12. Bonjour Michelle,
    C’est intéressant ce que tu dis.
    Mais dans l’application, c’est du y faut y a qu’à.
    Moi, je veux bien donner aux autres, mais personne ne me donnera jamais rien.
    J’accepte aussi l’autre tel qu’il est, mais lui ne m’accepte pas.
    C’est comme ça, c’est la vie. On peut rêver, mais ça reste un rêve.
    Le pays des Bisounours n’existe pas.

    1. Il me semble que ce que dit Michelle c’est justement donner sans attendre en retour
      Il n’est pas question de « bisounours » mais de la vie réelle
      ainsi si l’humain depuis les temps préhistoriques avait décidé de rester SEUL , de vivre POUR LUI, il n’y aurait plus d’humains actuellement
      c’est le partage, la solidarité qui a permis l’évolution des humains (je pense aux travaux de Peter Atkins par exemple)

      chaleureusement


      1. Ce qui caractérise notre époque, c’est l’égoïsme, le chacun pour soi, le refus de voir l’autre, le refus de communiquer, l’injustice sociale, l’inégalité des droits et le manque totale de fraternité dans ce pays divisé à souhait par la classe dirigeante afin de l’affaiblir. Le droit à l’accès au travail entravé par des lois absconnes, la favorisation des droits des immigrés ou des étrangers au détriment des nationaux, etc… Tout va mal.
        Alors, les belles paroles, il faut d’abord les adresser à ceux qui se gavent, qui abusent et qui ne font rien pour que les choses aillent mieux.
        On peut disserter à l’infini sur des sujets comme la compassion, ça ne changera rien. La compassion est déjà un niveau dépassé.

        1. oui c’est là où nous différons bcp dans le raisonnement (je ne sais pas dans le quotidien)

          Il faut des valeurs pour guider une vie (sinon en effet on tombe dans l’individualité exacerbée, d’autant plus comme tu le fais justement remarquer que notre société contemporaine est déjà basée sur de telles valeurs) et il faut il me semble un rapport de force pour faire changer l’oligarchie (celle qui jouit sur notre dos), il n’est pas question de « belles paroles » avec elles mais d’actions.

          chaleureusement

          1. Dans la vie quotidienne, ça n’a guère d’importance.
            Je suis d’accord avec toi, il faut des valeurs et pour imposer ses valeurs il faut un pouvoir pour convaincre, que ce pouvoir soit doux ou dur.
            Au cours de l’histoire, les humains se sont toujours fait la guerre pour des raisons aussi diverses que variées, mais souvent pour la suprématie des idées.
            Avoir de bonnes idées, c’est bien, mais comment les faire valoir ou les imposer?
            Lorsque les Tibétains pacifiques se voient menacés de destruction par des Chinois conquérants et guerriers, on voit bien le déséquilibre.
            Actuellement, en Europe et en France, nous avons décroché par rapport aux valeurs que nous avions. Nous les avons perdues, abandonnées. Nous ne savons plus à quels saints nous vouer. De plus, le mensonge et la manipulation politiques n’ont jamais été aussi avancés, développés, élaborés, perfectionnés. Les politiques ont toutes les armes, tous les pouvoirs pour faire passer leurs mensonges, alors que les masses n’ont rien, pas même un droit de réponse.
            Pour faire passer des idées de paix, nous devons souvent passer par la guerre et la violence.
            Comme je le dis souvent, un autre exemple st la menace réelle à laquelle personne ne veut croire du danger de conquête, d’invasion et de domination islamique. Le peur est bien au rendez-vous et sa fille la lâcheté n’est pas loin. Les politiques ne veulent pas se saisir de ce bâton merdeux et les masses préfèrent ignorer les horreurs de nazisme d’un autre âge qui nous arrive tout doucement, sans faire de bruit, comme un cancer qui ronge peu à peu un corps.
            Comme les idées d’opposition ne peuvent pas passer par la force d’inertie des politiques, la confrontation armée et la guerre seront les seuls moyens que les peuples européens auront à leur disposition pour arrêter et anéantir cette menace. Et quand la guerre est là, les politiques n’ont plus la parole et la raison s’envole. Ensuite, sur les décombres encore fumants de la civilisation, la sagesse pourra peut-être enfin refleurir. C’est ainsi que s’est toujours faite l’histoire des hommes et cela continuera à jamais, car les hommes, eux, ne changeront pas jusqu’à leur destruction ou autodestruction finale.
            Je comprends très bien que l’on veuille nier touts ces choses pour se réfugier dans le confort douillet et sécurisant de l’illusion d’une société forte et d’une civilisation de progrès. Et je ne peux rien y faire. Mais ce n’est pas la réalité.

  13. Merci beaucoup Frédéric de bien décrire mes propos. Tu m’as bien compris.

    «Moi, je veux bien donner aux autres, mais personne …»

    Le problème il est dans le «Mais» ;O)

    Sans condition veut dire, sans condition, point barre.

    Ceci dit, dans le quotidien, rien n’est toujours facile, d’où l’importance d’une pratique assidue, assis sur son zafu. En ce sens Laurent, je comprends tes propos.

    Affection sincère,

    Michelle.

  14. Je pense que ceux qui veulent donner sans aucun retour le font librement o leur guise et c’est tout à leur honneur. Mais je sais que certaines personnes qui ont donné aux pauvres toute leur vie se retrouvent un jour avec une maigre retraite, puis dans la misère et meurent dans la vie. Ils ne demandent rien, mais honte à la société de les laisser crever comme des chiens. Alors, je pense que l’ont peut parfaitement être en droit d’attendre de la reconnaissance et un éventuel retour, parfois. Ca n’a rien de critiquable. N’oubliez pas que ce sont le plus souvent les pauvres qui donnent.

    1. Oui tu as raison, il n’est pas critiquable de recevoir de la reconnaissance pour les bienfaits exercés et on devrait même favoriser l’éducation à cette reconnaissance, savoir voir ce que chacun, le respecter et offrir de la reconnaissance
      chaleureusement

  15. Oui, merci Frédéric. En fait, au moins respecter ces personnes et reconnaître leurs mérites et peut-être même les valoriser par rapport à tous les égoïstes et les imbéciles qui ne font jamais rien pour les autres, au cours de leur vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s