Mort ou vif


 

english español português
Buddha, kill, Mao Zetung, power, gun
Cartoon translated to english by Jean-Claude Maitre cómic traducido al español por Roberto Poveda Comics traduzidos em português por Conceição
Blog Blog

Il y a une citation mystérieuse de Rinzaï (Linji) qui dit : « Si vous rencontrer un Bouddha, tuez le! ».
Ce koan nous amène à réfléchir à nos projections, nos attentes, nos croyances, les institutions qui se bâtissent autour des croyances

Zem est publié toutes les semaines sur le portail international du bouddhisme : Buddhachannel
Zem est publié en album en français, anglais, espagnol et portugais chez The Book Edition

CC

Tous les dessins de ce site “Zem apprenti maître Zen” sont mis à disposition par leur créateur Frédéric Baylot selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France. Pour toute publication sur un site ou blog Web, ou pour obtenir des autorisations au-delà du champ de cette licence merci de me contacter.

 

Publicités

16 réflexions sur “Mort ou vif

  1. j’avoue, la remarque de Laurent était terriblement judicieuse : j’aime cette nouvelle présentation qui porte directement notre attention sur le nouveau Zem lundicinal !!
    Surtout que je ne comprends pas du tout ce que veut dire la citation « si vous rencontrez un bouddha, tuez le » 😦
    Encore que Zem l’a adapté à sa sauce, puisqu’il utilise le pronom DÉFINI, ce qui change tout le sens de sa phrase.. ya plus qu’à espérer que son pistolet soit un pistolet à eau !!! ;D

    1. comme ton attention aiguë n’aura pas manqué de le remarquer, le zem lundicinal est passé au plan dominical
      cette même attention que beaucoup t’envient tu auras pu voir qu’il y a un petit texte sous les ZEM traduits et que ce très court élément de réflexion renvoie lui même vers un autre élément un peu plus profond qui toutefois ne ferme pas la question.

      Pour ce qui est du pronom, en effet suivant les traductions il est défini ou indéfini, mais cela ne peut tromper que si on reste en surface, in fine aucune différence, pou rmoi :mrgreen:

      bises attentives

      frédéric

      1. Il est vrai que je risque d’avoir du mal à trouver qui que ce soit pour envier mon attention. Par contre il semblerait que je sois dotée de quelque humour que d’aucuns apprécient vivement, et franchement, je préfère faire rire que faire pleurer !

  2. cette citation est extraite de » les entretiens de lin tsi » . on peut lire la traduction deDemièville. En 2002(?) les 3 mois de retraite d’hiver au village des Pruniers furent consacrés à l’explication de ce texte par Thich Nath Hanh. Les explications sont reprises dans l’ouvrage « Nothing to do, nowhere to go. » editions paralax.
    Il serait prétentieux de ma part ,et ça vous serait totalement inutile, de vous expliquer pourquoi lin tsi dit de tuer le bouddha,pere et mere, ainsi que les maitres Zen.
    Mais voici une piste très simple : tuer le Bouddha= la connaissance de soi est atteinte + aisément à travers notre propre expérience et notre pratique qu’en suivant les autres, même ceux- là qui nous paraissent éveillés.

  3. oui, c’est pourquoi j’aime bien entendre que le Bouddha est en nous, que c’est le potentiel à se réveiller qui existe en chacun de nous.
    de toute façon j’éprouve tout de même un amour sans borne envers les instructeurs que j’ai pu rencontrer.
    Mais par ailleurs, tout est instruction n’est ce pas, Fâcheux et emmerdeurs sont aussi des maitres du Dharma…
    Donc, Lin tsi( lin ji, rinzai) est une sorte de poil à gratter, ou plutot de « destop » capable de déboucher nos intellects quand ils s’engorgent comme faux- sceptiques.
    peut etre aussi qu’il est plus question d’observer ce qui se passe en nous plutot que de se connaitre .mais c’est co-naître.

    lin tsi dit le Bouddha est en vous tout autant qu’en moi , ne vous perdez pas à copier par dessus mon épaule, cherchez en vous, experimentez…

    1. Oui observer plus que connaître, en même temps, il me semble qu’observer n’est peut être pas suffisant, car il faut en effet co-naître pour « changer » même s’il n’y a rien à changer in fine
      Parfois un pratique nous permet de voir les peurs, et cette observation est en effet pas si mal déjà !
      d’autres fois une pratique nous permet de co-naître avec ces peurs pour en faire autre chose qu’une muraille, mais en faire des ponts

      Pour ce qui est de copier par dessus l’épaule, j’avais mis une « blague bouddhiste’ (?) une fois où le disciple qui prenait la succession du maître faisait complètement différemment de celui ci, les autres disciples le lui reprochaient, et il dit « je fais comme le maître, je crée »
      recevoir ce pouvoir de créativité, c’est se permettre de le mettre en place à l’identique et donc de faire différemment peut être

      chaleureusement

      frédéric

  4. autre piste: il y a bien un moine dans les « entretiens  » pour répliquer à lin tsi : »qu’est ce que ça veut dire tuer le bouddha? »
    Lin tsi répond: »c’est supprimer toute pensée de discrimination ».
    Bonne nuit!

  5. Ah cette confusion qui fait tant de ravages entre les humains , prônant parfois la Dictature du Peuple…mais une Dictature reste une Dictature !!! ça me détripe qu’on puisse parler ainsi parce que je suis démocrate ( enfin je m’essaye de l’être le plus possible – c’est difficile ) Même confusion chez les Islamistes ( je n’ai pas dit les Musulmans ! ) qui fabriquent de faux-martyrs !!! en tuant d’innocentes personnes qui elles le sont pour le coup ! Boudiou il semble qu’on en sortira jamais – et si tu as le temps de venir lire mon dernier billet et les coms , tu seras au clair sur ce que je pense , heureusement partagé par d’autres que moi – ce qui est rassurant – amicalement à toi cher Frédéric 😉

  6. Longtemps nous portons les armes..
    Puis un jour nous posons à nos pieds l’armure qui nous protégeait..
    Et cette paix que nous cherchions,nous pénètre au plus profond.

    Le Bouddha de nos pensées s’est envolé, reste Celui que nous sommes.

  7. J’ai lu récemment que le dharma est à comprendre par chacun « selon son propre cheminement ».
    A vrai dire, je ne vois pas comment – mais seulement après que j’aie lu cette phrase – comment on pourrait comprendre autrement.
    Bises

    1. C’est en effet je crois un grand paradoxe, peut être une origine d’incompréhension ?
      Mais il me semble que le dharma est en effet non pas qq chose de dogmatique, théorique, à mettre en oeuvre, mais une application adaptée en fonction de ce que nous vivons et pouvons vivre

      c’est un paradoxe, car cela entraîne une mécompréhension qui serait de ne garder du dharma que ce qui nous fait du bien et on voit ainsi surgir en France (et en occident en général) un « dharma gentillet » et sympathique ou chacun fait sa petite pratique pour être mieux, plus relaxé, plus détendu malgré tous les malgré de la vie
      Le Dalaï Lama peut être vu comme le « maître charismatique » pour ces personnes là, car tel le Bouddha il adapte son enseignement aux personnes qui viennent à lui, et comme on le voit dans bcp de réunions avec un public très nombreux, son discours est alors témoin d’une philosophie douce et prévenante. Par exemple quand il est venu à Nantes, il y avait une différence notable entre les enseignements de Nagajurna puis les réponses au public
      Mais pour qui écoute, même dans ses réponses « agréables » il peut apporter de quoi « déranger » notre petit confort intérieur que nous cherchons à préserver, nous poussant à nous tourner vers les autres et à moins d’égoïsme

      donc la première tendance serait ainsi de se créer un dharma à la demande
      self-dharma

      Le paradoxe, c’est d’un autre côté comment être fidèle au dharma tout en l’appliquant d’une manière adaptée à notre situation ?

      L’accompagnement par un maître/enseignant bouddhiste peut justement peut être permettre de résoudre ce paradoxe

      mais quand on aura « résolu » ce paradoxe, une autre difficulté apparaîtra : comment toujours être dans cette réponse instantanée à la vie qu’est le dharma sans être dans une « réponse théorique » toute faite et là c’est toute notre responsabilité qui y est engagée

      c’est bien pourquoi je pense que le dharma n’est ni gentillet ni facile mais qq chose qui peut nous remettre en cause dans nos habitudes à chaque instant

      Bon je ne sais pas si je suis très clair, la grippe me rendant dans un état « comateux » :mrgreen:

      chaleureusement

      frédéric

  8. Tu comates très bien, l’ami… 🙂
    Si quelqu’un ne peut être soupçonné d’enseigner un Dharma gentillet, c’est bien S.S. le Dalaï Lama. Et les autres maîtres authentiques que nous avons le privilège de rencontrer et d’écouter.
    Lire ou entendre une phrase du Dharma, et trouver ça gentillet, ou théorique, c’est une preuve d’incompréhension, à mon humble avis. Le Dharma n’a rien de gentillet, rien du tout. Personnellement, je le trouve très dur au contraire. Mais enthousiasmant, juste, et salutaire. Et aussi très concret. Voilà, c’est mon avis, et je le partage complètement. ;-D
    Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s