« Est faux ce qui nous asservit, est vrai ce qui nous laisse a peu près libre – éternel improvisateur de lui-même, l’homme ne s’inclinera ni devant la vérité, ni devant l’erreur, mais seulement devant sa propre fragilité » Romain Gary


(cliquer pour agrandir)

Tous les dessins de ce site “Zem apprenti maître Zen” sont mis à disposition par leur créateur Frédéric Baylot selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France. Pour toute publication sur un site ou blog Web, ou pour obtenir des autorisations au-delà du champ de cette licence merci de me contacter.

cómic traducido por Roberto Poveda - Blog : Huellas Zen

Cartoon translated by Jean-Claude Maître

Publicités

15 réflexions sur “« Est faux ce qui nous asservit, est vrai ce qui nous laisse a peu près libre – éternel improvisateur de lui-même, l’homme ne s’inclinera ni devant la vérité, ni devant l’erreur, mais seulement devant sa propre fragilité » Romain Gary

  1. Aucun rapport avec le texte mais il me saute aux yeux que le graphisme a changé. As-tu changé d’outil de dessin pour ce blog-là aussi ?
    C’est fort joli en tout cas, une impression d’épurement et de légèreté, mais c’était déjà très bien avant et je n’ai pas l’option « comparaison en direct » sur mon écran de PC. Et puis, je sais… on ne doit pas comparer… première cause de sentiment de mal être. 🙂
    Amitiés Frédéric. Contente de retrouver tes créations.
    Marie

    1. Tu as de bons yeux Marie, mais néanmoins je n’ai pas changé de technique pour Zem, je suis toujours en dessin vectoriel sur Inkscape et ce dessin a été fait il y a déjà qqs temps (en avril de cette année) alors que je ne dessinais pas encore mes autres BD avec la tablette graphique.
      Il me semble qu’on peut comparer, pour autant qu’on reconnaisse le côté limité de cette comparaison et qu’on n’en fasse pas un jugement de valeur.

      chaleureusement

      frédéric

  2. « Eternel improvisateur de lui-même »… merci monsieur Romain Gary (et toi aussi cher Frédéric)… une expression qui colle à la peau de ce corps que je promène ici et là…
    Et je souscris avec bonheur au commentaire de Marie K quant à « l’esprit de comparaison », ce moteur source de tant de soufrance…
    Profondes amicales pensées et bises

  3. Moi, j’ai pas trop bien compris, mais je n’ai pas le niveau, c’est sûr…!! :o)

    En tout cas, merci aussi à toi Frédéric pour tes efforts pour nous sortir de l’obscurantisme et nous attirer vers la lumière…

    Il faut parfois comparer, par exemple la viande sur l’étal de votre boucher.
    Mais on ne peut pas comparer l’incomparable.

    Bonne journée.
    Laurent.

    1. Pourrais tu expliquer ta surprenante comparaison Laurent ? 😆
      Sinon ce n’est pas une question de niveau, mais plutôt une maladresse de ma part (que finalement Zem symbolise bien) en employant le terme Bodhichitta j’enfermais ce dessin dans le cercle de ceux qui connaissent le langage bouddhiste, c’est une erreur.
      La bodhichitta est difficilement traduisible (il semble que je soie en train de chercher une excuse 😉 ) mais on pourrait peut être dire que c’est la motivation à toujours agir pour prendre soin de la vie, en soi, autour de soi, dans tous les êtres quels qu’ils soient et dans toutes les choses aussi. Partant du principe qu’on ne peut trouver une « liberté » parfaite si un être vivant et un seul, est lui même enfermé dans ses souffrances sans qu’on l’aide.

      chaleureusement

      frédéric

  4. Être libre, réalisé, Expériencié, n’est pas être inatentif ou la tête dans les nuages ou le nirvana « sans tête ».
    Notre ami ZEM l’apprend à ses dépends, par Frédéric intrposé.

    Jobserve pour ma part que ZEM expérimente seul; pas de maître TZE…
    Style épuré, plus de maître, Frédéric : Libre ?

    Contant de vous retrouver les une et uns et les autres

    Eric

    1. On est en effet toujours seul à expérimenter, nos maîtres ne peuvent être que ceux en qui nous avons confiance quand ils nous disent seulement : « c’est un chemin chaotique, continue il est le tiens »

      chaleureusement et au plaisir de la rencontre Eric

      frédéric

    1. c’est bien une telle invitation tout en nous laissant libre de parfois crier « pouce » ou de demander de l’aide
      Plus nous développons (et plus nous sommes à la développer) cette bodhichitta, plus nous pouvons aussi, prenant conscience de l’interdépendance, nous appuyer sur les bras les uns des autres

      chaleureusement

      frédéric

  5. « Soyez le poète de votre propre existence » (Nietzsche)

    J’ai toujours autant de plaisir à vous lire tous.
    Merci à vous.
    Cordialement
    …sam…

  6. Bonjour cher Frédéric – Peuchère …on aurait envie de le relever et de soigner le bleu qui fait mal (lol) J’ai adoré la blague boudhiste 🙂 Toujours délassant ton blog …ça fait du bien dans l’atmosphère empoisonnée qui est de plus en plus prégnante …où trouver le courage sinon dans ces délicieux moments où l’on s’attendrit devant le petit Zem 🙂 Amicalement à toi

  7. Plaisir de repasser et de relire – j’ai notamment relevé l’expression que tu emploies de  » chemin cahotique  » en ce qui concerne chacun dans SA Vie et j’avoue que l’image est tout à fait celle que j’avais adopté ( en bonne randonneuse ) où les pierres peuvent blesser si l’on n’y prend garde …et il y a beaucoup de pierres dans ce chemin qui nous mène ?…Mektoub ! Amicalement à toi 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s