« C’est le propre de l’homme de se tromper ; seul l’insensé persiste dans son erreur.» Cicéron


Tous les dessins de ce site “Zem apprenti maître Zen” sont mis à disposition par leur créateur Frédéric Baylot selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France. Pour toute publication sur un site ou blog Web, ou pour obtenir des autorisations au-delà du champ de cette licence merci de me contacter.

cómic traducido por Roberto Poveda - Blog : Huellas Zen

Comics traduzidos por Conceição - Blog : Chodon Budismo

Cartoon translate by Jean-Claude Maître

Publicités

9 réflexions sur “« C’est le propre de l’homme de se tromper ; seul l’insensé persiste dans son erreur.» Cicéron

  1. Le pôvre…ah, c’est moi ? Je ne m’étzais pas reconnu tout de suite. Enfin, pas que moi. Un peu tout le monde. On se sent moins seul.

  2. Eloquent le dessin, mignon le petit au bonnet d’âne.
    Et moi qui serait totalement heureuse en petit chien donnant de la voix pour manifester sa nature de bouddha, quoique sans voix et sans rien faire ce soit pareil. Mais mon niveau serait de faire wouf wouf sans compter mes multiples plaisirs et désirs de suivre mon maître.

  3. Merci pour ce nouveau dessin, ami et frère Frédéric.

    Un mec bien, ce Cicéron !!
    Si c’est rond, c’est point carré…! :o))
    Bon…

    Quand même, je pense que les animaux ont un esprit. Pas aussi développé que le nôtre, peut-être, mais quand même. Et structuré différemment, bien sûr.
    A partir du moment où nous reconnaissons que les animaux ont des sentiments et des émotions, ils ont un esprit. Pas une spiritualité, mais une approche…

    Si je me trompe, alors j’essaierai de ne pas persister dans mon erreur…!! :o))

  4. J’avais vu une photo d’un lama enseignant aux animaux. Et puis il y a Saint François d’Assise
    Cantique des créatures
    http://ecologiechretienne.free.fr/saint.francois.d.assise_le.cantique.des.creatures.php

    et les bouddhistes aussi, qui libèrent des animaux capturés ou élevés et vendus sur les marchés ou en magasin, et chez qui le végétarisme ne vise pas à améliorer leur propre santé.
    http://mifazzablog.wordpress.com/2009/07/13/le-bouddha-et-les-animaux/

    Le bonnet d’âne, être mis « au coin », recevoir des coups de règle sur le bout des doigts : c’est bien fini, sauf dans les BD où l’image fait sens.
    (Et ça fait un moment que je relis la même blague bouddhiste, en haut de la page… 😉 )

  5. Je n’ai pu m’empêcher de soupirer …oh le pauvre ! il se fait vraiement reprendre pour le coup ! Toujours craquants tes croquis cher Frédéric , outre la leçon qu’il faut en tirer ( la bonté du Boudha qui donnait instruction aux animaux ) ils me rendent le sourire …la canicule est dure à supporter hélas , alors voir tes crayons ça fait du bien – mercibisous :-))

  6. Salut Frédric !

    Je n’avais pas vu qu’on pouvait laisser des com sur ce blog…
    lol, je n’ai pas persisté à ne pas voir, c’est bon signe !
    J’aime beaucoup la blaque boudhiste ! Elle est à la fois drôle et tellement vraie !
    Je t’embrasse !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s