L’Eveil (Awakenings)


english español português
.
Cartoon translated to english by Jean-Claude Maitre cómic traducido al español por Roberto Poveda Comics traduzidos em português por Conceição
Blog Blog

« Le jour se lève seulement à mon éveil. » Henry David Thoreau.

Zem est publié toutes les semaines sur le portail international du bouddhisme : Buddhachannel

CC

Tous les dessins de ce site “Zem apprenti maître Zen” sont mis à disposition par leur créateur Frédéric Baylot selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France. Pour toute publication sur un site ou blog Web, ou pour obtenir des autorisations au-delà du champ de cette licence merci de me contacter.

LIEN COURT

Publicités

13 réflexions sur “L’Eveil (Awakenings)

  1. Et l’éveil sera d’autant plus agréable que l’on aura su prendre soin de ce qui se passe à l’intérieur; éviter de s’éparpiller pour Avoir en oubliant de se recentrer pour Être.
    Merci à toi et à ton retour.

  2. Cela me rappelle des propos d’Ajahn Chah :

     » Tout le monde peut construire une maison en bois et en briques, mais le Bouddha a enseigné que cette sorte de maison n’est pas notre vraie demeure, elle ne nous appartient que par le nom. C’est une maison dans le monde et elle suit les manières du monde. Notre vraie demeure est la paix intérieure. Une maison matérielle extérieure peut bien être belle mais elle n’est pas très paisible. Il y a ce souci et puis celui-là, cette anxiété-ci et puis celle-là. Ainsi nous disons que ce n’est pas notre vraie demeure, elle est extérieure à nous, tôt ou tard, nous devrons y renoncer. Ce n’est pas un endroit où nous pouvons vivre de manière permanente parce qu’elle ne nous appartient pas vraiment, elle fait partie du monde.
    C’est la même chose avec notre corps; nous nous identifions à lui, c’est « moi » et c’est « le mien » mais en fait ce n’est pas du tout comme cela, c’est aussi une demeure qui fait partie du monde. Votre corps a suivi son cours naturel, depuis la naissance jusqu’à ce qu’il devienne vieux et malade et vous ne pouvez l’empêcher de fonctionner ainsi, c’est la vie. Vouloir qu’il soit différent serait aussi insensé que de vouloir qu’un canard ressemble à un poulet. Quand vous voyez cela, c’est impossible; en voyant qu’il est dans l’ordre des choses qu’un canard soit un canard et un poulet un poulet, que les corps doivent vieillir et mourir, vous trouverez de la force et de l’énergie. Même si vous souhaitez très fort que votre corps continue à vivre très longtemps, il ne suivra pas votre envie.
    …  »

    Bonsoir Frédéric !

  3. cela me fait penser au texte d’évangile des vierges folles, celles qui attendaient, les autres qui dormaient
    être attentif … rien que ça … pas toujours facile !!
    bonne soirée

  4. Je dirais même plus mon cher Watson, il ne parle que de cela (je fais bien allusion à l’Evangile pas aux autres textes insérés dans le nouveau testament)
    Pour exemple, et si mon commentaire passe :

    Evangile selon Luc
    17:12-16
    Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Se tenant à distance, ils élevèrent la voix, et dirent : Jésus, maître, aie pitié de nous !
    Dès qu’il les eut vus, il leur dit : Allez vous montrer aux sacrificateurs. Et, pendant qu’ils y allaient, il arriva qu’ils furent guéris.
    L’un deux, se voyant guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu à haute voix.
    Il tomba sur sa face aux pieds de Jésus, et lui rendit grâces. C’était un Samaritain.[note de Marie K. : Quand on sait ce que les Samaritains représentaient pour les Juifs de cette époque (cf http://www.regard.eu.org/Livres.6/Palestine.au.temps.de.JC/12.html) on comprend encore mieux l’allusion claire et précise de Jésus de Nazareth. De même pour la parabole du bon Samaritain, idem pour la Samaritaine au puits,…]
    |…]
    17:19-21
    Puis il lui dit : Lève-toi, va ; ta foi t’a sauvé. [C’est donc que c’est EN lui – il y a d’autres répliques absolument semblables dans l’Evangile]
    Les pharisiens demandèrent à Jésus quand viendrait le royaume de Dieu. Il leur répondit : Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards.
    On ne dira point : Il est ici, ou : Il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous.

    Et quand on médite, on fait quoi d’autre que de tenter d’être centré, tenter de trouver « le milieu de soi », tenter de découvrir CE fameux royaume où il n’y a ni souffrance, ni souillure, ni pleurs, … ? La « libération » ? Le « Nirvana » ? Autre ?
    C’est mon point de vue. C’est en tout cas ainsi que je vis les choses.
    Bises à toi Frédéric, et salutations à Andrée.

    1. Oui c’est une belle façon de les vivre
      Pour ma part je dirais, rien à trouver, rien à chercher, plus à s’ouvrir que se centrer « sur soi »
      En effet ces exemples parlent de foi, j’aime bcp celui de la femme qui dans la foule touche simplement le manteau de Jésus, et qui se dit « pas la peine de le déranger pour moi, le fait de toucher son manteau suffira » et ce qui est beau, c’est dans cette foule qui doit être oppressante, tout à coup Jésus dit « qqn m’a touché » , les apotres doivent dire qq chose comme « oui bon ben tu vas pas en faire un fromage y’a du monde partout » et lui réponds « non qqn m’a touché « autrement », avec foi » (je brode on peut lire la version expurgée dans Mat 9-20/29 ;o) )
      Mat 8, 5/13 et l’histoire du centurion, qui lui dit « pas la peine que tu te déranges, un simple coup de fil suffira » est aussi un superbe exemple de foi
      dans le bouddhisme on parle de foi aussi, plus en terme d’ouverture liée à la confiance je pense

      bises

      frédéric

      1. J’aime beaucoup ta « broderie ». Elle rend simple et accessible des textes qui en ont repoussé plus d’un à cause de tout le côté ésotérico-religieux que des hommes (des pharisiens, contemporains ou non) ont mis entre cet enseignement à échelle humaine et simple et les hommes. Sans compter que non seulement Jésus de Nazareth montrait aux pharisiens et aux scribes que les Samaritains étaient bien plus proches de la « vérité », du « royaume » qu’eux, mais en plus il en faisait ou disait de même des prostituées, des enfants, et des femmes (et à cette époque, être une femme c’était tout sauf être un Homme) :o)
        Belle et bonne journée à toi.
        Chat-leureusement, Marie

  5. Exactement, et du coup j’ai ressorti mon bouquin (un de mes nombreux bouquins dans le genre) « Jésus et les femmes » de Françoise Gange. Ca me redonne l’envie de le relire. D’autant plus que l’auteure y rapproche (entre autres) les paroles simples de Jésus et les enseignements de Lao (vieux) Tseu (enfant). « Ton âme peut-elle embrasser l’unité sans jamais s’en détacher ? Peux-tu concentrer ton souffle pour atteindre à la souplesse d’un nouveau-né ? Peux-tu purifier ta vision originelle jusqu’à la rendre immaculée ? Peux-tu ouvrir et clore les célestes battants en jouant le rôle féminin ? » Lao-Tseu, Tao Tö King, Gallimard, 1967. Mais ce n’est qu’un des nombreux magnifiques passages du Tao Tö King qui sont cités.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s