Cours après moi que je t’attrape


Il n’y a pas d’objectif à atteindre par la méditation, donc pas de durée précise pour l’atteindre. S’asseoire, se poser, regarder, s’ouvrir simplement à la vie, c’est l’éveil.

Zem est publié toutes les semaines sur le portail international du bouddhisme : Buddhachannel
Zem est publié en album en français, anglais, espagnol et portugais chez The Book Edition

CC

Tous les dessins de ce site “Zem apprenti maître Zen” sont mis à disposition par leur créateur Frédéric Baylot selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France. Pour toute publication sur un site ou blog Web, ou pour obtenir des autorisations au-delà du champ de cette licence merci de me contacter.
Publicités

5 réflexions sur “Cours après moi que je t’attrape

  1. Faire..nous avons tant apris à faire ..
    alors que tout vient à qui sait attendre..
    le bon moment .
    Comme le chat guettant la souris..tout entier à ce qui surgit..sans rien faire de plus .

  2. Récemment je mettais ce texte de Chuan Zhi Shakya sur mon site, il me semble faire écho à la question de ZEM.

    « Nous ne commencerons pas l’ascension du Mont Everest à partir du troisième poste de base. Nous commencerons par la base, monterons un peu, installerons de quoi camper, attendrons quelques jours de façon à nous adapter à l’altitude, puis nous recommencerons lentement l’ascension, un pas après l’autre.

    De la même manière nous avancerons dans le Zen. Nous commencerons par la base et avec labeur nous avancerons,
    lentement, pas après pas. Faire autrement n’apporterait que l’échec certain. Si un alpiniste est porté par un hélicoptère à mi-hauteur de l’Everest, il souffrira d’une sévère hypoxie et pourrait perdre connaissance ou même mourir du manque soudain d’oxygène… »

    Gasshô
    Henri

  3. à ceci près zafu ,dans la méditation marchée, à chaque pas nous sommes arrivés ,nous sommes chez nous, et dans le trekking himalayen nous replongeons à longueur de journée dans l’ego surdimensionné et dans le désir, et dans la soif.
    il faut savoir se réjouir de rester à Bodnath…même si c’est très pollué…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s