Image

Après la pluie, le beau temps


zen10

Publicités

2 réflexions sur “Après la pluie, le beau temps

  1. C’est bon à savoir… 🙂
    Mais pour certains le ciel est toujours sombre.
    Je me demande si un méditant doit se préoccuper de ce qui se passe ailleurs…?
    Dans la méditation, il ne se passe rien, d’après ce que je comprends dans ces merveilleuses planches en couleurs.
    Dans la récupération (de quoi) on se repose
    Dans l’agir, je ne sais pas ce qui se passe, mais je ne vois pas beaucoup de méditants dans les champs de bataille pour maintenir la paix dans le monde. Et tout le monde sait que les belles paroles et les prières n’ont jamais empêché la haine et la violence…
    Quel est « l’agir » des méditants lorsque les bombes tombent sur des innocents?
    Compter les impacts du haut d’une montagne de sagesse et de sérénité?

  2. Il n’y a pas d’ailleurs, en effet, mais quand NOUS sommes ailleurs, nous pouvons prendre du recul (d’où l’idée de se rappeler que le soleil existe toujours derrière les nuages, mais avoir à le faire prouve qu’on n’a quitté cet état d’éveil, et comme nous ne sommes que des humains, c’est légitime :mrgreen: )

    Toutes les vies ne sont pas ni faciles ni équivalentes. Mais certains sont malheureux en vivant dans un contexte favorisé et d’autres dans les contextes les plus difficiles (comme les camps de concentration) ont réussi à trouver une sérénité active (voir Etty Hillesum par ex)

    Le méditant, pour moi, EST dans l’agir, car il prend conscience du monde, de la souffrance du monde, et se met à disposition pour « soigner » (au sens de « prendre soin »), les bras toujours ouverts.

    Prendre soin d’un enfant parfois c’est agir avec force (pour éviter qu’il ne se fasse écraser en traversant par exemple et en le retenant par le col avec vigueur) et donc parfois il faut agir sur des leviers (comme disait notre ami Archimède) que sont les rapports de force, mais le méditant pour moi (et ce n’est pas souvent moi cela, hélas 😉 ) n’agit pas contre des personnes ni pour, mais plus avec la situation, le contexte et les forces en présence. Cela peut prendre des formes ardentes ! Gandhi expliquait que le contraire de la non-violence n’était pas la violence mais la passivité.

    Concernant le « zen en tant que religion japonaise » il ne faut pas évidemment l’idéaliser, il y a eu bcp de monastères « zen » pendant la seconde guerre mondiale qui ont expliqué qu’il fallait aller tuer de l’ennemi pour le plus grand bien de la paix au Japon !

    chaleureusement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s