Image

Je pense, donc je n’y suis plus


zem008

Publicités

9 réflexions sur “Je pense, donc je n’y suis plus

  1. Pour y être, il ne faut plus penser à rien. Faire le vide absolu dans sa tête et être enfin dans l’ineffable… Enfin, c’est ce que j’ai retenu…
    Mais moi, je suis un sale gros matérialiste, alors mon avis ne vaut pas grand-chose…!! 🙂

    1. Pour moi il n’est pas question d’être matérialiste ou autre chose, mais simplement d’accepter d’être dans la présence :mrgreen:
      On peut sentir cela certaine fois dans la nature, on est assis , face à un spectacle beau et/ou inspirant, les yeux sont plongés dans cet espace, nous sommes cet espace, et en même temps nous ne sommes pas « perdus » mais nous entendons le bruit des cloches des vaches au loin, nous sentons l’herbe sous nos mains, le vent sur notre visage, tout devient présence. Cela dure le temps d’un instant, éternellement long ou court.

      chaleureusement

      1. Être un pur esprit, le rêve !!! 🙂
        Mais tout le monde est matérialiste, parce que nous sommes tous matériels et ne pouvons vivre que grâce au matériel que produisent les non-méditants…
        Tout ça ne serait-il pas juste un peu de relaxation?

        1. Ma réponse est devenue pure esprit et a disparu ! :mrgreen:
          bon pour résumer je voulais dire que je n’ai jamais (sauf erreur ou oubli de ma part) parlé de « pur esprit » car je ne crois pas au « pur esprit » ou à l’esprit sans corps, nous sommes corps et esprit et cette expérience dont je parlais est sensation unificatrice du corps et de l’esprit au contraire, et même unification avec le contexte dans lequel on est. (mais cela ne s’explique pas il faut le vivre, comme tu l’écrivais c’est ineffable.)
          Nous sommes en effet AUSSI matière, mais pas que cela, à part quand nous laissons quelques étrons en quelque endroit ou quand nous sommes morts, certainement.
          Pour moi cela n’est pas de la relaxation, même s’il ne faut pas nier que cela peut apporter un effet relaxant, mais je dirais qu’il vaut mieux être déjà relaxé pour vivre cela. Si tu es complètement tendu et en colère tu ne vivras pas l’expérience dont j’ai parlé ci-dessus.
          Ce n’est pas relaxation (qui est recherche, légitime certainement, de bien être personnel) car c’est au contraire faire face à ce qu’il y a de plus angoissant en nous et dans le monde, et agir sur ce qu’on peut changer et faire avec ce que l’on ne peut pas.

          1. Cher Frédéric, Tu sais que j’adore ce que tu écris, ce que tu dis, tes dessins, ton humour, ta vision du monde et de la vie.
            Pourtant, et c’est ,une chose étrange, je ne peux pas comprendre ce que tu vis lorsque tu « pratiques » zazen. Parce que je ne le vis pas. Mais en essayant de simplement comprendre, je me rends compte que je suis toujours à cent lieurs de la réalité, et chaque fois que je m’exprime sur le sujet, de façon généralement interrogative, je suis toujours à côté de la plaque. Quoi que je dise, je serai toujours dans l’erreur et dans la mauvaise réflexion. Je ne m’en approche même pas. C’est amusant et en même temps bizarre et contradictoire, car si je dis blanc c’est noir et inversement. Bref, ça n’est pas définissable. Alors, je resterai éternellement dans l’erreur, dans ce domaine et dans de nombreux autres, mais je persisterai,à tenter de comprendre et à poser des questions.
            Bonne soirée. Chaleureusement.

            1. Désolé que tu sentes cela comme ça :mrgreen:

              Et en même temps si on parle de « méditation / relaxation » contre la dépression ou la douleur, comme c’est bcp la mode (et tant mieux !) en ce moment, c’est plus facile d’en parler

              On peut aussi en parler d’un point de vue d’une autre philosophie
              Par exemple je sais que des moines pratiquent zazen, mais je ne sais pas ce qu’ils en vivent car ils le font je suppose, logiquement et légitimement, dans leur contexte catholique. Or la religion catholique a un dieu créateur et le bouddhisme n’a pas de dieu, les contextes sont qd même bien différents !

              Et puis on peut en parler dans le contexte dans lequel zazen (la méditation « bouddhiste ») s’est développée, le contexte bouddhiste et être plus en cohérence avec la pratique. Tout en sachant (que de mon humble point de vue, de ce que j’en comprends, il n’y a pas dans le bouddhisme de dogmes, mais au contraire une méthode pour « déconstruire »)

              Et enfin il n’y a que la pratique qui peut permettre d’avoir sa propre expérience. Et si on peut échanger avec une personne de confiance, d’expérience dans la pratique de cette méditation, pour être un peu guidé au départ, pour voir comment on est avec ce qui se passe. Et là c’est comme tu le disais ailleurs l’ineffable, l’inouï, l’indicible. Car cette expérience ne peut se parler, se dire (ce qui n’empêche pas qu’il y a des tas de bouquins, des tas de personnes, dont moi) qui ne cherchent qu’à en parler 😉
              Les textes traditionnels bouddhistes, surtout pour ce qu’on appelle « la voie de la grandeur » sont des textes très métaphoriques, ils sont farfelus si on pense à les lire d’une manière littérale. Il faut se laisser porter par leur métaphore qui ne parle plus à notre mental mais qui parle à notre coeur.
              C’est pourquoi je donnais par ailleurs l’expérience qu’on peut tous faire de la contemplation dans la nature, on est « perdu » (un) avec ce qu’on voit, ce qu’on entend, et en même temps conscient de ce qu’on voit, ce qu’on entend, ce qu’on sent. (mais cette expérience est personnelle, comme je le dis parfois on ne peut pas échanger sur ce qu’est l’amour en nous quand on le vit, c’est inexprimable, ou alors sous forme métaphorique qu’est le poème.

              Les BD de Zem sont une manière pour moi d’utiliser cette voie métaphorique, il est dit qq chose, il se passe autre chose, où est la réalité ? Je ne peux le dire c’est à chacun de la trouver. Maintenant si on n’a pas l’expérience de la méditation, du cheminement avec un ou des amis spirituels, si on ne s’engage pas dans cette voie et surtout si on n’a pas ce déclic inexprimable en nous qui fait que nous avons commencé, que nous continuons malgré que ce ne soit pas tous les jours faciles, alors bien sûr cela ne peut pas parler. Et j’ai bien conscience que les ZEM surtout les premières années (je suis en train de préparer une « intégrale de Zem » avec tous les dessins par ordre chronologique, car dans les petits formats que j’ai publiés ce ne sont que des choix personnels) Zem est donc plus centré vers ceux qui pratiquent déjà , qui vivent cette expérience. En même temps depuis au moins l’année dernière j’essaie de temps en temps d’y ajouter des dessins plus « délirants » qui peuvent peut être attirer aussi d’autres personnes

              chaleureusement

              1. Merci à toi d’avoir pris le temps de rédiger une réponse si étoffée à mon intervention, ami Frédéric.
                Mais il ne faut pas désespérer. Si je me passionne pour l’étude des religions et des philosophies, en général, c’est que j’y trouve un grand intérêt intellectuel et que j’en ressens l’importance et la nécessité pour l’esprit humain, bien que je ne m’y inscrive pas personnellement, en profondeur. Je suis sans doute moi-même en recherche ou en quête de quelque chose, sans même trop savoir quoi moi-même. Mais l’important n’est-il justement pas d’être ouvert et d’essayer de comprendre et d’apprendre.
                Je ressens et je comprend parfaitement l’essence du message que tu veux faire passer derrière tes BD zen et je pense que c’est un excellent outil de communication, même pour des choses aussi subtiles. C’est drôle et ça fait se poser des questions. L’humour est un bon vecteur de la connaissance.
                Mais je ne vais pas en ajouter, parce que je pense que tu me comprends.
                Je te souhaite une agréable et lumineuse journée et je te remercie encore pour tes mots, tes enseignements et ton amitié.
                Pourquoi le dialogue ne peut-il pas être aussi ouvert et accueillant entre les hommes de tous les courants de pensée, au contraire de ce fait divers absurde, un de plus, qui témoigne de ce qu’il peut y avoir de plus intolérant en l’homme:
                http://www.christianophobie.fr/breves/encore-un-chretien-tue-de-sang-froid-par-un-musulman-au-pakistan?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Christianophobie+%28Observatoire+de+la+christianophobie%29

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s